LUTHERIE

LE COIN DE L'AMATEUR DE LUTHERIE

1 : EXPERTISE DE VIOLON OU ARCHET

Expertise Gratuite 

ORIGINE, VALEUR ET ESTIMATION DE VIOLON OU ARCHET :

Vous avez un violon ancien (ou un alto ou un violoncelle) et un archet, et vous souhaitez savoir ce que c'est : son auteur, son lieu d'origine, l'époque de sa fabrication, et souvent même son prix. Vous pouvez contacter un expert en lutherie, mais - et cela est normal - ses services sont payants, parfois très chers, car l'expert engage sa responsabilité, d'une part, et sa formation est  très longue. Si VOUS VOULEZ UN AVIS A TITRE GRACIEUX, je peux vous le donner si vous prenez contact avec moi par téléphone au 06 88 75 91 90 ou par mail :

mabru.lothaire@orange.fr

Je me ferai un plaisir de vous renseigner, car les connaissances que j'ai acquises depuis plus de 20 ans et la documentation iconographique et livresque que j'ai accumulée me permet de vous donner des indications sur l'instrument que vous possédez. En cas de doute je peux vous orienter vers des experts compétents. N'oubliez pas de laisser votre numéro de téléphone sur la boite vocale de mon portable afin que je puisse vous rappeler. Si vous envoyez des photos par mail, faites une photo de la table de face, du dos de face et de la tête de profil, le tout sans flash et le plus net possible; et surtout prenez vos clichés bien en face de l'instrument, pas de biais surtout. Enfin mettez l'instrument sur un fonds neutre  et uni, merci. Pour les archets : une photo de la tête de profil, et une photo de la partie basse (bouton et hausse). Si besoin est je vous demanderai d'autres photos montrant des détails nécessaires à l'expertise.

Voir aussi la page suivante où je donne des explications sur les problèmes liés à l'expertise des instruments de musique.


2 : CONSEILS POUR L'ACHAT OU LA VENTE D'UN INSTRUMENT :

Si vous désirez acheter un instrument, le mieux est d'aller chez un luthier ayant pignon sur rue. Pensez aussi qu'il faut toujours essayer un violon avant de l'acquérir, ou le faire essayer par quelqu'un si c'est pour un débutant. Eviter les vendeurs à la sauvette et les sites internet me paraît de la plus grande sagesse ! Acheter un instrument sur photo est une erreur totale ! Une étiquette ne veut rien dire, un particulier n'a pas forcément les connaissances pour analyser le violon qu'il a trouvé dans son grenier. J'ai un jour interpellé un vendeur particulier sur le net qui proposait un Stradivarius à un prix très élevé, et qui portait une étiquette en anglais "Made in "Ceskoslovakia". Je lui ai gentiment fait savoir qu'il se fourvoyait, ce à quoi il m'a répondu que Stradivarius avait pu aller en vacances là-bas avec ses outils pour ne pas perdre la main ! L'instrument était ce qu' l'on appelle dans le jargon "une crêpe" ! De plus vous n'avez aucune  garantie quant à son état, son authenticité etc... sauf si le vendeur produit un certificat de luthiers, ce qui est rarement le cas. Une règle d'or : ne pas se fier à l'étiquette à l'intérieur du violon; seule, elle ne donne aucune certitude quant à l'authenticité de l'instrument. La production industrielle d'instruments a largement mis sur le marché des instruments portant des étiquettes avec des grands noms de luthiers pour mieux vendre, et n'a pas souvent mis la mention "copie de", ou "modèle d'après".

Ce jour 25 mars 2017, je trouve une annonce de mise en vente d'un violon de Breton à 100000 euros ! Non seulement c'était de toute évidence une copie faite à Mirecourt fon XIX°, qui vaut tout au plus 1500 euros, mais en plus la côte pour un instrument authentique de Breton est de 5 à 6000 euros .L'étiquette était fausse et  l'année notée dessus était postérieure à la mort de Breton !!! Malgré ces arguments irréfutables, j'ai été traité d'ignorant par des possesseurs de copie de Breton qui voulaient vendre le leur au même prix que ladite annonce. Tout ce qui est écrit sur une page internet n'est pas parole d'évangile !

Si vous vous laissez tout de même tenter par une vente sur un site d'enchères ou de petites annonces, sachez lire les descriptifs. Très souvent la formule d'accroche de l'annonce indique par exemple "violon de Nicolas Lupot" mais dans le descriptif, il est précisé "violon portant une étiquette de Nicolas Lupot", et là c'est une toute autre histoire. Cela signifie que le vendeur ne s'engage pas sur l'authenticité de l'instrument, et dans tous les cas cela veut dire que le violon n'est pas un Lupot, mais réalisé en modèle Lupot (cela dans le meilleur des cas, car l'instrument peut n'avoir aucun rapport avec le travail de Lupot). Pour les instruments français, les noms de Lupot, Vuillaume, Gand, Derazey sont très souvent présents dans des instruments qui n'ont rien à voir avec ses luthiers. Il  faut donc rester vigilant.

Les ventes aux enchères en salle des ventes sont aussi très risquées quand on ne connaît pas les codes régissant implicitement de telles transactions. On peut sur le moment avoir l'impression de faire une bonne affaire et se retrouver avec un instrument ayant des problèmes non mentionnés lors de la vente. Car tout ne se voit pas à l'oeil nu, surtout quand on n'est pas un professionnel de la lutherie. Si vous choisissez cette option, faites vous assister par un quelqu'un du métier, ou éventuellement contactez moi.

D'autre part, n'ayez pas peur des violons dits grands (coffre de plus de 360 mm) : ce n'est pas 3 ou 4 mm de plus qui changent quelque chose, et ce sont des instruments qui sonnent bien la plupart du temps. J'ai fait l'expérience de faire essayer à des professionnels des violons dits grande taille, ils ne s'en rendent pas compte la plupart du temps : l'important est le son ! Même chose pour la couleur : qu'il soit jaune ou rouge ou brun ne change rien à la sonorité. Enfin le prix n'est pas toujours en rapport avec la qualité sonore, d'autres éléments entrent en ligne de compte dans sa valeur : l'époque, le lieu de fabrication, la réputation du luthier etc, etc. Un violon parisien est plus coté qu'un instrument de Mirecourt, il ne sonne pas forcément mieux mieux pour autant. Un violon d'Honoré Derazey vaut bien un J.B. Vuillaume (d'ailleurs Vuillaume faisait faire certains de ses violons par Derazey à Mirecourt, et y apposait son étiquette).

Une autre remarque s'impose : qui dit violon dit immanquablement Italie ! Tout le monde ne peut s'offrir un "Strad", ou un "Guarn", d'une part, et les instruments des luthiers français sont d'aussi bonne qualité, y compris sur le plan de la sonorité !!! La célèbre violoniste américaine Hilary Hahn joue un Jean-Baptiste Vuillaume et n'a absolument aucune envie de le troquer contre un crémonais du XVIII° : le son qu'elle produit avec son instrument prouve qu'elle a raison de ne pas céder à ce qui est relève souvent du snobisme, ou de la méconnaissance de la lutherie. Cette mode de l'italien est telle que -des instruments du XX° siècle faits par des luthiers italiens se vendent à des prix absolument pas justifiés dans la majorité des cas. Il y a quelques exceptions, comme par exemple Giuseppe Ornati (1887-1965), luthier milanais qui a fait de très beaux et bons instruments.

Vous pensez que j'exagère : lisez ce que dit le violoniste et fils de luthier Michaël Appleman sur son site personnel orange :

http://michael.appleman.pagesperso-orange.fr/article2.htm

Achetez français ! Si nombre de musiciens ne jurent que par l'italien, d'autres pêchent par l'excès inverse en se contentant d'un violon chinois au mieux revu et corrigé par un luthier français. J'ai beaucoup de peine lorsque je vois de jeunes et parfois aussi moins jeunes luthiers "tirer le diable par la queue" et vivoter alors qu'ils ont un savoir-faire patiemment et longuement acquis. La lutherie française et belle et bonne, que ce soit dans l'ancien, le moderne ou le neuf. Certes, cela coûte plus cher, mais un luthier français ne lutte pas à armes égales avec les ouvriers chinois qui touchent des salaires sans aucune comparaison possible avec ceux de la France, et n'ont pas de couverture sociale. On ne peut pas se plaindre de la mauvaise santé de l'économie française et de son taux de chômage élevé, tout en achetant asiatique.

Si vous êtes vendeur : envoyez-moi des photos de votre instrument, une description minutieuse, et contactez moi par téléphone (06 88 75 91 90). Je vous orienterai en fonction de l'instrument que vous possédez. Sachez que les sites de ventes aux enchères ne sont pas la meilleure façon de vendre, loin s'en faut. Vous pouvez avoir un instrument de valeur sans le savoir, et le laisser partir à un prix qui vous semblera satisfaisant, mais vous aurez pu en obtenir plus, et parfois même beaucoup plus. Méfiez vous aussi des échanges, ce sera toujours à votre désavantage. On vous proposera un instrument en bel état en échange du vôtre au vernis usé par endroits, et avec des traces de coups et d'usure, mais il vaudra bien plus que celui que l'on vous donnera.

Si vous êtes acheteur : je peux aussi vous conseiller, ce que je fais avec plaisir car j'ai vu trop de personnes se précipiter sur un instrument qui semblait être une bonne affaire, et le regretter ensuite amèrement. Vous vous demandez alors :

Pourquoi je dis tout cela et pourquoi je conseille gratuitement ? On m'a récemment posé la question, comme s'il y avait quelque chose de pas net dans ma démarche. Cela vous rapporte quoi de faire cela ? La satisfaction de déjouer les actions détestables des arnaqueurs. La personne qui m'a dit cela avait en vue un violon de Gand et Bernardel à un prix alléchant, proposé sur un site de vente aux enchères, mais c'était tout bonnement un faux grossier. J'ai pu lui donner les preuves de ce que je disais, et rassuré, mon interlocuteur m'a remercié. Sachez que j'ai trop vu de personnes "se faire avoir" comme on dit, et parfois même qui ont perdu beaucoup d'argent. Et cela je ne l'accepte pas ! Quelques précautions à prendre quand vous achetez à un particulier : avoir son numéro de téléphone fixe et l'adresse de son domicile. Cette année deus personnes m'ont contacté après avoir été bernées par des voyageurs au domicile inconnu et avec pour tout contact un numéro de téléphone portable qui, bien sûr ne répondait plus une fois la vente conclue. Sachez que l'on peut rendre l'objet acheté et se faire rembourser pendant 8 jours après la conclusion de l'achat. Il ne faut donc pas acheter sur eBay aux vendeurs qui indiquent "retour refusé" cela sent la mauvaise affaire. Dans tous les cas acheter sur photos un violon est une erreur totale ! 

Pourquoi j'aime la lutherie française, et plus particulièrement celle du XIX° siècle ? D'abord pour ses qualités sonores, que ce soit la lutherie parisienne ou mirecurtienne, ça sonne bien, et cela peut rivaliser avec les plus grands crémonais du XVIII° ! Ensuite parce que les luthiers du XIX° assumait le fait de faire du neuf et ne faisaient pas ou peu d'instruments en imitation d'ancien, avec des vernis faussement vieillis (Vuillaume le faisait, et j'avoue ne pas aimer). Un Gand, père ou fils, un Bernardel, un Chanot, un Hel de Lille, etc. ont laissé le temps faire son œuvre, et quand bien même leurs instruments ont été parfois particulièrement bien entretenus et gardent un aspect quasi neuf -cela existe- c'est tout simplement beau. Extérieurement comme intérieurement, un violon (ou alto ou cello) de cette époque offre à l'œil un fini remarquable : il faut admirer les volutes de certains dont la perfection technique est tout bonnement époustouflante, mais aussi la taille des ouïes, les bords, la pose des filets etc. Et les vernis aussi ne manquent pas de charme, surtout dans la première moitié du XIX°. J'ai vu trop souvent des musiciens choisir des instruments en fonction de leur aspect, c'est à dire ayant un vernis dégradé (naturellement ou pas) des tables en état parfois très moyen, mais avec un aspect "vieux" ou ancien, sans même essayer le bel instrument bien conservé du XIX° avec un vernis plein et peu usé. Erreur fondamentale ! J'affectionne tout spécialement le XIX° mais au tournant des XIX°- XX° il y a aussi des choses vraiment belles et bonnes : comme Hel fils de Lille, Bovis de Nice (aucune allusion ici à un certain film des plus crétins) Boulangeot de Lyon, ou bien encore Billotet, Cunault, et j'en oublie, qu'ils me pardonnent !

 3  : RECHERCHES HISTORIQUES SUR LA LUTHERIE :

Depuis les travaux que j'ai menés sur la lutherie en France et plus particulièrement à Mirecourt, mon intérêt pour les instruments du quatuor à cordes reste intact. Il se porte sur la lutherie et l'archèterie françaises, et plus spécialement -mais pas uniquement- sur le XIX° siècle. Je m'intéresse tout particulièrement aux instruments de la dynastie de luthiers GAND (Charles-Michel GAND, Guillaume GAND, Charles François GAND dit GAND père, Charles Adolphe GAND et Eugène GAND (GAND Frères), ainsi qu'à celle des  BERNARDEL : photos d'instruments ou des luthiers eux-mêmes, d'archets signés par eux, tous documents écrits (correspondance, facture, etc...) ou visuels, de même qu'aux musiciens ayant joué ou jouant leurs instruments. Toutes les informations en ce sens sont bienvenues. Les instruments eux-mêmes m'intéressent, et particulièrement la production de violon, alto, violoncelle de Charles François Gand, en modèle "normal" ou en modèle breveté. D'une manière générale, je mène des recherches sur tous les luthiers ayant oeuvré à PARIS (tels que les GAND, et leur  maître Nicolas LUPOT, BERNARDEL, VUILLAUME, PIQUE, THIBOUT, CARESSA et FRANçAIS) ou en province tels que Joseph et Pierre HEL à Lille, Jules DORON à Tours, François LUPOT à Orléans, Honoré DERAZEY à Mirecourt, ou bien encore Emile MENNESSON dit Guarini à Reims. Les violons dédiés aux premiers prix du Conservatoire de Paris font aussi partie de mon recensement (date, nom du lauréat, numéro et photos de l'instrument ).

Les instruments de Francisco Gand de Madrid m'intéressent aussi, et je fais appel pour cela à tous les luthiers, et plus spécialement aux luthiers espagnols. Me interessan mucho los instrumentos de Francisco Gand de Madrid : yo busco fotos de violines, y todos informaciones sobre Francisco, muchas gracias !

Un  autre centre  d'intérêt les instruments que je qualifierai de "falsifiés", c'est à dire les instruments que  l'on a pourvu d'étiquettes apocryphes, c'est à dire fausses, ou d'étiquettes originales  mais qui ne correspondent pas à l'instrument, ou d'étiquettes "maquillées". Un internaute m'a récemment  envoyé  la photo d'un instrument assez ordinaire portant une étiquette "maquillée", mais le  vendeur le présentait comme un violon  de Gand car c'était ce qu'indiquait l'étiquette. Il est utile de repérer les différents types d'actions plus ou moins frauduleuses pour éviter les ennuis aux éventuels acheteurs.

Je m'intéresse aussi aux archetiers, et  aux membres de la famille OUCHARD, ainsi qu'à Jean-Jacques MILLANT. D'avance, merci.

Les petits objets accessoires de la lutherie font partie de ma quête : sourdines, mentonnière, boites de colophane marqué du nom des luthiers et ou archetiers sont les bienvenues.

Je cherche aussi des renseignements sur le luthier et violoniste de Saint-Etienne Maurice BRUYAS, né en 1907. De plus si ses descendants ont conservé des documents relatifs à son travail, je serai particulièrement heureux de pouvoir les consulter. D'avance merci.  

Je remercie ici chaleureusement tous ceux qui m'ont déjà communiqué des renseignements sur ces hommes de l'art.

4. HOMMES DE L'ART :

Pour mes travaux personnels de lutherie je fais appel à Roland TERRIER luthier de Mirecourt (Vosges) aux doigts de fée, et historien de la lutherie. La visite de son site passionnera les amateurs de lutherie car on y trouve une belle et bonne documentation sur la lutherie et les luthiers français. Voici l'adresse URL de son site :

http://www.luthiers-mirecourt.com/

A Bordeaux, Benoit Guilbaud, restaurateur chez Patrice TACONNÉ, rue Jean-Jacques Rousseau, saura redonner vie à votre instrument en cas de dommages.

A Bayonne, Guillaume PLANCHÉ luthier à l'enseigne du "violon dans l'âme" possède une grande expérience de restauration acquise dans différents ateliers de par le monde. Vous pouvez lui confier votre instrument en toute tranquillité. 

ARCHET : Vous voulez vous offrir un bon et bel archet ? une seul adresse : http://.www.archetier.fr  

Il s'agit du site de Jean-Luc Tauziède, archetier (Meilleur ouvrier de France) installé à Anglet, tout près de Bayonne, qui confectionne de très bonnes et belles baguettes, et fait aussi de splendides copies d'ancien. Vous aimeriez jouer un Tourte ou un Peccatte mais les baguettes de ces maîtres sont hors de prix ? la copie est un excellente solution. Et je sais de quoi je parle car ma copie de Pajeot par Jean-Luc me comble de joie !

PIANO  : Vous cherchez un piano à acheter neuf ou d'occasion, en location, et vous habitez dans le 64 ? une seule adresse :

http://www.pianosnesprias.fr/hlp/webapp/common/home.php5

Accueil  sympathique et compétences sont au rendez-vous !


compteur.js.php?url=SoQ%2FMuo9npo%3D&df=